Lauréats des années précédentes

2015

Catégorie : Responsabilité Sociale et Sociétale

  • Institut polytechnique LaSalle-Beauvais

    Projet GROWTH : Gardening and Rediscovering our work through healthy cooking

    Le programme « Cuisine et potager nourriciers » mené en partenariat avec la ville de Beauvais et la DRAAF Picardie donne la capacité aux personnes en situation précaire de jardiner et de cuisiner à partir de leurs récoltes. Des cours de jardinage et de cuisine sont animés par des employés de l’Institut dans des ateliers qui mettent l’accent sur la prévention du gaspillage, la promotion d’une alimentation saine et la conservation des produits. Le travail mené avec les 20 familles participantes a permis de rompre leur isolement, d’augmenter leur estime d’ellesmêmes et de renforcer les liens entres les bénéficiaires et les étudiants. Il a généré des économies de l’ordre de 3 SMIC sur une année pour les foyers. Sur le plan environnemental, aucun pesticide n’a été utilisé au jardin, et 1/3 de la production (sur les 1 800 kgs de légumes) a pu être offerte à des banques alimentaires.

    Atouts de la démarche

    Ce projet exploite la spécificité de Institut polytechnique de LaSalle Beauvais en agronomie et concentre d’importants bénéfices sur tous les aspects, sociaux, économiques et environnementaux du développement durable. Il s’appuie sur des interactions fortes avec la population et les institutions locales. Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury : Ce projet apporte des solutions concrètes et adaptées aux bénéficiaires. Il est particulièrement inspirant et force d’exemple pour d’autres institutions.

Catégorie : Engagement durable

  • Université Laval

    Projet : inspirer la société

    L’Université Laval est engagée depuis 2008 dans une démarche globale de développement durable, et présente des résultats importants : -38 % d’émissions de gaz à effet de serre, -19 % de consommation d’eau. Le spectre d’actions est très large et chaque axe compte autant que les autres : environnement, culture, engagement communautaire et associatif, social, qualité de vie, mobilité, etc. Un fonds de dotation de développement durable (300 000 $/an) donne à l’établissement les moyens de réaliser ses ambitions. Le développement durable est pleinement intégré aux cours, programmes, aux thèmes de recherche, aux achats de l’établissement et aux partenariats développés avec la Ville de Québec, permettant le partage des coûts (exemple d’un centre sportif). Le campus propose une approche « qualité de vie » globale avec le programme « Mon équilibre UL » qui profite aussi bien aux étudiants qu’aux employés, et rayonne même hors des murs du campus car 6 des 7 cours sont proposés en ligne, permettant à des étudiants de l’extérieur de la région de Québec de s’y inscrire. Enfin, l’Université Laval est à l’initiative d’un MOOC « Développement durable : enjeux et trajectoires » réunissant plus de 5 500 participants provenant de 93 pays, dont 90 % qui n’étudient pas à l’Université.

    Atouts de la démarche

    L’Université Laval a mis en oeuvre une démarche exemplaire dans une approche transversale et intégrée. L’établissement est moteur d’une dynamique forte avec une implication des étudiants. La gouvernance globale et les moyens financiers engagés assurent sur le long terme la réalisation et la pérénité des ambitions en faveur du développement durable sur le campus et au delà.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    Choisi à l’unanimité par les membres du jury, ce projet est issu d’une démarche de longue haleine inscrite dans l’identité même de l’Université. Il ouvre vers la prise en compte et la résolution des enjeux climatiques dans un rayonnement au delà du campus.

Catégorie : Implication des étudiants

  • École Nationale Vétérinaire de Toulouse

    Projet : Un campus Vert dans la ville Rose

    Le club DD « Vert’Vet » de l’ENVT contribue depuis plusieurs années à la réalisation de projets en faveur de la biodiversité (botanique, aquatique, ornitologique et apicole) sur le campus. Parmi les actions mises en place : la construction et l’installation de nichoirs par le club ornitologique faisant du campus une zone refuge de la Ligue Pour les Oiseaux (LPO), la création d’une « ruche-école » autofinancée grâce à la vente de miel et de produits de la ruche, la réalisation d’une fresque murale écologique, l’exploitation collective de parcelles potagères biologiques munies d’un système d’arrosage avec récupération des eaux de pluie, un projet botanique avec la plantation d’arbres fruitiers, et la remise en état de trois bassins pour favoriser la biodiversité aquatique. Au niveau social, les étudiants ont engagé des actions solidaires, notamment un repas écoresponsable avec le restaurant universitaire. Également au programme : l’enseignement du développement durable dans un module de 1ère année permettant à chaque étudiant d’en saisir les enjeux.

    Atouts de la démarche

    Les réalisations améliorent la qualité de vie sur le campus aussi bien pour les étudiants que pour le personnel. L’implication des étudiants est exceptionnelle et démontre un engagement pérenne au fil des années et une ouverture locale (contact avec les hôpitaux de Toulouse, activités au sein du réseau des référents DD de Midi Pyrénées...).

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    Une approche globale, bénéficiant aussi bien aux étudiants qu’aux personnels et des actions variées à portée sur le thème de la biodiversité qui n’est pas toujours évident à aborder sur un campus.

Catégorie : Innovation technique pour le développement durable

  • École des Ponts Paris Tech

    Projet : Coriolis, premier bâtiment d’Etat dédié à l’enseignement et à la recherche, à énergie positive

    Inscrit dans l’ambition de l’école des Ponts Paris Tech à « être la référence mondiale de la recherche, l’innovation et la formation dans les domaines clé du développement durable », le bâtiment Coriolis est exemplaire en matière de construction durable. Recouvert par 1250 m2 de cellules photovoltaïques, il génére plus d’énergie qu’il n’en consomme. Il permet la récupération et l’épuration des eaux de pluie, qui sont destinées à l’alimentation des sanitaires, au rafraichissement et à l’arrosage du jardin suspendu. Il est équipé d’un système de récupération de chaleur. Cette réalisation a été certifiée « NF HQE Batiment Tertiaire » et labelisée « BBC Effinergie ». Les performances énergétiques ont été atteintes dès les permières années d’utilisation (2013) et sont conformes au modèle économique prévisionnel (production annuelle de 170 000 KWH pour des retombées financières de 70 K€). Coriolis est devenu une référence en matière architecturale et technique, il est visité régulièrement par des figures politiques et techniques françaises et internationales. En terme d’approche « pratique », il allie la maîtrise de l’énergie au confort et à la santé des occupants. Un « Livret de Vie » est publié chaque année et remis à tous les usagers, une enquête est réalisée pour s’assurer du bon usage du bâtiment et faire remonter les problématiques éventuelles rencontrées par les usagers. Des projets étudiants de grande envergure se tiennent dans un hall d’expérimentation qui permet travaux pratiques et manupulations. Par exemple, en 2014, un grand bassin linéaire a permis de faire glisser et "décoller" des maquettes de bateaux construites par les étudiants.

    Atouts de la démarche

    Un projet immobilier ambitieux qui intègre la composante centrale « usager », avec une plateforme d’expérimentation grandeur nature en adéquation avec les axes de recherche de l’école. Ce projet démontre une politique partenariale réussie entre l’Université Paris-Est et les Ministères MEDDE et de l’enseignement.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    L’approche globale et ambitieuse (analyse de cycle de vie, compensation, construction), de long terme et l’intégration de la dimension pratique (côté usager) a séduit le jury.

Catégorie : Handicap et compétences

  • Institut Catholique de Paris

    Projet : « S’ouvrir sur le monde, en s’ouvrant aux autres ! »

    L’Institut Catholique de Paris a mis en place une « gouvernance handicap » pleinement intégrée à la stratégie du campus, dont les lignes directrices sont : « Accompagner, Former, Sensibiliser ». Une commission handicap implique tous les représentants de l’école (étudiants, personnels) et les partenaires externes. Un schéma directeur a été élaboré, et des indicateurs de suivi permettent de mesurer les résultats (nombre de participants aux événements, heures de sensibilisation, etc.). D’importants travaux d’accessibilité ont été réalisés pour donner accès à un laboratoire de langues et à la bibliothèque. L’accompagnement des personnes en situation de handicap est personnalisé et bénéficie tant aux étudiants qu’aux salariés. Plusieurs actions de sensibilisation sont mises en place : handicafé, conférences, repas à l’aveugle, participation à la journée Handivalides avec l’association Starting Block. Ces actions visent une meilleure reconnaissance des Personnes à Mobilité Réduite et un changement comportemental par l’entraide. Pour favoriser l’insertion professionnelle, des espaces sont dédiés au handicap lors du forum-emploi, etc.

    Atouts de la démarche

    L’inclusion et l’accessibilité sont fortement ancrées dans les valeurs et la stratégie de long terme de l’ICP qui propose une approche globale et participative, en s’adressant aux étudiants mais aussi au personnel de l’étbalissement. L’ICP bénéficie d’un vrai potentiel de développement des partenariats associatifs et institutionnels.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    Élu à l’unanimité du jury, cette politique handicap & compétences a fait mouche par son inclusion transversale, transectorielle et de long terme.

Catégorie : Synergies territoriales

  • Télécom Bretagne

    Projet : Telecom Bretagne et le développement durable, un engagement depuis 2006

    Depuis près de 10 ans, Télécom Bretagne a une approche « pas-à-pas » qui s’est avérée redoutablement efficace en matière de développement durable et d’ancrage territorial. Conscient de sa valeur d’exemplarité, l’établissement a développé des engagements en terme de stratégie, d’éducation, d’implication étudiante, de recherche et innovation, et a été recompensé par le QUESTE-SI Award attribué par la Commission Européenne en 2013. Télécom Bretagne est membre fondateur du réseau CHEDD Bretagne (Collège des Hautes Etudes du Développement Durable) développé en 2010 à l’initiative du Conseil Général et en partenariat avec 6 grandes écoles : l’ENIB (Ecole Nationale d’Ingénieurs de Brest), l’Ecole navale, l’ENSTA Bretagne, l’Université de Bretagne Occidentale, l’ESC Rennes School of Business, l’EME (École des Métiers de l’Environnement), l’EHESP (École des Hautes Etudes en Santé Publique), l’ENS Rennes et Agrocampus Ouest. Ce collège favorise l’ouverture grâce à une plateforme d’échange entre entreprises, établissements publics, collectivités, professions libérales et mouvement associatifs. Il a mené au lancement d’un Mastère Spécialisé EMR (Energies Marines Renouvelables) en 2013. Télécom Bretagne a organisé un forum public intitulé « Enjeux du monde et défis pour le développement durable » qui présentait des projets des élèves ingénieurs, à fort impact partenarial local.

    Parmi les atouts de la démarche

    Des engagements stratégiques et managériaux ambitieux avec une implication partenariale volontaire basée sur l’échange de bonnes pratiques avec les réseaux étudiants et sur le tissu économique, associatif et institutionnel local ; une politique intégrée et une vision de long terme sur le développement durable.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    Une politique développement durable avancée aux nombreux impacts depuis 2006, avec notamment et une forte implication partenariale (écoles, associations, partenaires du tissu local favorisant l’échange de bonnes pratiques et la mutualisation).

Catégorie : Qualité de vie étudiante

  • Ecole des Mines de Douai

    Projet : « Une vie après l’amphi »

    La vie associative et extrascolaire des étudiants est animée par le Bureau des Elèves qui regroupe 16 associations et propose une prise en charge globale des étudiants sur les aspects liés au logement, à la restauration, à la santé, au sport, aux loisirs et à la culture, etc. Cette démarche est particulièrement valorisée par la Direction de l’école. Les étudiants participent aux décisions de l’établissement, en ayant des représentants élus au Conseil d’administration, au Comité de la Recherche, au Comité de l’enseignement… L’école permet à l’ensemble des étudiants de bénéficier de prestations déhbergement et de restauration. Ils participent aux réflexions sur la nature, l’orgnisation et l’évolution de leur enseignement. L’accent est mis sur les actions extrascolaires (associatives, sportives et culturelles) et sur la réalisation professionnelle et les aspirations personnelles hors étude des étudiants. Les étudiants étrangers sont accueillis à l’Ecole des Mines de Douai par le service « Stages et relations internationales », tant sur les plans pratiques (accueil à l’aéroport) qu’administratif, des modules de préparation au suivi des cours en France leurs sont proposés en amont de leur séjour dans le cadre de la GEV (Grande Ecole Virtuelle). Enfin, les activités sportives de l’établissement sont ouvertes à d’autres établissements dans une logique de partage et de mutualisation.

    Atouts de la démarche

    Une politique d’accompagnement global avec une belle présence de l’école au côté des étudiants et une ouverture hors campus. Egalement une approche collaborative avec la contribution des étudiants aux commissions.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    élu à l’unanimité du jury, cette politique démontre la poursuite d’un engagement durable fort depuis 2009. Les échanges et partages d’expériences au niveau national et régional démontrent la transversalité et l’exemplarité du projet.

Catégorie : Entreprise et Entrepreneuriat

  • Groupe ESC Troyes et EPF Ecole d’ingénieur-e-s

    Projet : Master of Science Innovation, Création et Entrepreneuriat

    Le Groupe ESC Troyes et l’Ecole d’ingénieurs EPF ont lancé le Master Innovation, Création et Entreprenariat en partenariat avec le Technopole de l’Aube en Champagne. Cette formation innovante et pluridiciplinaire est le fruit d’une collaboration réussie avec l’Ecole supérieure de design, l’Université Technologique de Troyes, l’Ecole Sup Info, le Young Entrepreneur Center (incubateur étudiant) et les associations de dirigeants et de créateurs d’entreprise. Elle est basée sur la conduite de projets étudiants concrets, mis en oeuvre pendant 7 mois dans une philosophe « start-up ». Les projets sont soutenus par un accompagnement expert et méthodologique complet : partant de la problématisation du projet, la rédaction du business model, jusqu ‘au prototypage et à l’implémentation en condition réelle. En 2013, la première promotion a donné naissance à 3 créations d’entreprises, 7 autres sont en cours de création. En 2015, le nombre d’étudiants inscrits a doublé depuis le lancement du master. Les projets à dimension sociale et éthique ont leur place, avec la création d’un espace de collaboration réservé à un projet humanitaire.

    Atouts de la démarche

    Cette formation collaborative rassemble des profils variés aux cultures et compétences éloignées. Les cours sont au service des projets, l’accent est mis sur la pédagogie par l’action. Le partage et la mutualisation des bonnes pratiques à d’autres établissements favorise la dissémination de cet esprit créatif.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    Le programme est très opérationnel et participe au développement des entreprises locales. Les passerelles entre les cursus modifient le regard des étudiants sur l’entreprenariat.

2014

Catégorie : Responsabilité Sociale et Sociétale

  • Université Catholique de Lille

    Projet : Quartier Humanicité

    Humanicité est un projet d’aménagement urbain initié par l’Université Catholique de Lille. L’objectif est de constituer un espace de mixité (sociale et générationnelle) avec une mutualisation des espaces et équipements. La dimension citoyenne est au cœur du projet, avec un focus sur l’accessibilité, un effort particulier de co-design avec les utilisateurs, et la création d’espaces collectifs permettant l’instauration d’un climat convivial. Le projet d’aménagement concernera 15 hectares et plus de 900 logements, des centres médicaux (notamment hospitalier), ainsi que des centres de formation et des commerces. L’Université Catholique de Lille a initié le projet, en ayant la volonté de fournir des logements non seulement aux étudiants du campus mais également à des résidents extérieurs. Profondément ancré sur son territoire, Humanicité bénéficie du soutien des communes environnantes (Capinghem, Lomme, Prémesque et Lille métropole). Au total, un budget de plus de 250 millions d’euros est consacré au projet. L’université est également membre du comité de pilotage « éco-quartier », qui a pour objectif de veiller au respect des règles environnementales au sein du quartier : économies d’énergie, utilisation d’éco-matériaux, choix de principes d’assainissement alternatifs, Haute Qualité environnementale, accessibilité aux personnes à mobilité réduite…

    Atouts de la démarche

    L’usage de méthodes de concertation dans l’élaboration et le suivi du projet ont permis à des acteurs d’horizons très divers de mutualiser leurs expertises. Le projet va bien au delà des prérogatives de l’Université Catholique de Lille, qui s’affirme pleinement actrice de son territoire, apporteuse de concertation et d’expertise développement durable.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    Un projet global, allant au-delà d’une « simple démarche développement durable sur le campus pour s’ouvrir sur le territoire, très participatif, croisant les dimensions handicap et environnementale, impliquant de multiples acteurs et partenaires locaux dont la communauté urbaine...

Catégorie : Engagement durable

  • École des Mines de Douai

    Projet : Développement durable : un engagement quotidien

    L’Ecole des Mines de Douai a mis en place depuis 2009 une délégation consacrée au développement durable animée par le Secrétaire Général de l’école. Un soin particulier est apporté à la formation des futurs ingénieurs et à leur sensibilisation aux enjeux du développement durable, avec 48 heures de cours obligatoires sur ces thématiques. La recherche et l’innovation liées au développement durable sont également favorisées par l’école, puisque chaque département développe des projets et sujets de recherche en lien avec ces enjeux. La gestion du campus n’est pas en reste avec une attention portée à la réduction de l’empreinte écologique du campus (la consommation d’eau a ainsi été divisée par deux depuis 2009, la consommation d’électricité a baissé de 10% et de papier de 40%), en privilégiant également des achats durables aussi bien pour les locaux que pour les espaces verts et la restauration. Avec un budget de 300 000€ pour la mise en place de ces mesures, l’école présente une approche coûts-bénéfices originale et un intéressant retour sur investissement grâce à toutes les économies réalisées (100 000€ ont ainsi été économisés uniquement pour la consommation d’eau…). Une communication active et la sensibilisation de tous les services de l’école a permis la mise en place d’une solide politique incitative auprès du personnel.

    Atouts de la démarche

    L’Ecole des Mines de Douai a présenté des dossiers de candidature pour chaque catégorie, ce qui a démontré au jury la multiplicité de ses actions en faveur du développement durable. La démarche de l’école apparaît complète, structurée et mais aussi très bien documentée puisque de nombreux indicateurs chiffrés ont été fournis : la preuve d’un suivi attentif des mesures mises en place sur le campus.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    Une approche globale, avec un chiffrage précis sur le ROI permettant de convaincre d’autres campus – les dossiers présentés par ce campus dans d’autres catégories ajoutaient des initiatives concrètes prouvant la réalité et la diversité de l’engagement.

Catégorie : Implication des étudiants

  • Université de Lausanne

    Projet : Echanges de connaissances sur la production et la consommation de nourriture

    L’Université de Lausanne a présenté un projet global et touchant l’ensemble de ses très larges espaces verts à travers une initiative de l’association étudiante LA PEL’ (L’Association Permaculture Estudiantine Lausanne). En effet, les initiatives étudiantes d’aménagement agricole sur les terrains de l’école sont particulièrement encouragées par l’établissement : l’installation d’un potager collaboratif par LA PEL’ est l’occasion pour les étudiants d’expérimenter, avec la supervision de leur professeur, des techniques agricoles durables telles que la permaculture. De nombreux ateliers pédagogiques et pratiques sur le jardinage et la promotion du Slow Food sont également favorisés. L’ancrage du projet dans le monde académique et les ponts avec les cours sont encouragés, puisque le jardin sert de support à certains cours des professeurs. En outre, le personnel administratif est impliqué dans le projet aux côtés des étudiants. L’initiative étudiante correspond pleinement aux objectifs de l’établissement, puisque l’ensemble du parc est soumis à une gestion écologique : aucun produit chimique n’est utilisé pour son entretien, et les moutons sont préférés à la tondeuse pour la pelouse !

    Atouts de la démarche

    L’Université de Lausanne a mis en œuvre une démarche exemplaire et innovante sur un thème important souvent peu traité par les campus. L’implication des étudiants est réelle et à tous les niveaux. L’université encourage des pratiques de transmission d’étudiant à étudiant, afin d’assurer sur le long terme la pérénité des actions engagées en faveur de l’environnement sur le campus.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    Choisi à l’unanimité par les membres du jury, ce projet va au-delà de la simple réduction des impacts négatifs pour déboucher sur une approche innovante (la permaculture) qui mêle différentes dimensions importantes du développement durable (le travail, l’humain, la santé, l’écologie…), avec une forte implication des parties prenantes internes et externes du campus.

Catégorie : Handicap et compétences

  • Institut Polytechnique LaSalle Beauvais

    Projet : Devenir ingénieur malgré une situation de handicap

    L’institut Polytechnique LaSalle Beauvais a pour objectif de permettre à un maximum d’étudiants en situation de handicap de poursuivre une formation d’ingénieur, avec une politique ambitieuse et complète. Au quotidien, une personne est chargée à temps plein de leur accompagnement : ce rôle est crucial en fournissant une réelle écoute aux étudiants à travers un suivi personnalisé. De nombreux événements de sensibilisation au handicap sont organisés (Journée Handivalides, conférence « Tous intouchables ? », association HandiLaSalle) et les associations étudiantes ne sont pas en reste puisqu’elles s’engagent toutes à rendre leurs événements accessibles aux personnes à mobilité réduite. Les résultats sont au rendez-vous : alors qu’en 2011 il n’y avait que 5 étudiants en situation de handicap sur le campus, ils sont à présent 65 à y suivre une formation.

    Atouts de la démarche

    Cette politique ambitieuse et complète en matière de handicap prend en compte à la fois la vie sur le campus, les candidatures en amont et le suivi de l’employabilité.

    Parmi les qualités de ce projet appréciées par le jury

    Élu à l’unanimité du jury, cette politique handicap & accessibilité a impressionné par son échelle (nombre d’étudiants concernés) et sa volonté de rupture avec la gestion de cas isolés au profit d’une approche globale produisant des résultats impressionnants. Un exemple à suivre pour d’autres campus.